Retour à l'accueil

Du côté du blog

Dimanche 18 décembre 2011

Réflexion du dimanche (prenez-en une graine et plantez-la dans votre tête)

Suite à un échange sur Twit­ter avec Luc Prévost (aka  @autopublication - pas de site ou de blog mais ça vien­dra peut-être edit : il a un site : lucprevost.com) et qui por­tait sur cet arti­cle du Nou­vel Obs

 

Voici l’échange :

Je me suis dit que la plu­part des dis­cours qui allaient con­tre le numérique et annonçaient la cat­a­stro­phe (ou que ça ne décolle pas, ou que c’est le papier qui est mieux, ou que le numérique tuait les libraires…) étaient lancés par des “jour­nal­istes” ou au moins des auteurs qui sont :

  1. Pub­liés dans des grandes maisons d’éditions (Gal­li­mard en tête)
  2. Col­lab­o­ra­teurs dans des grands jour­naux où d’autres col­lab­o­ra­teurs sont pub­liés dans des grandes maisons d’éditions (copinage ? Naaan)
  3. Jour­nal­istes” de ces quotidiens/hebdos/mensuels (car ils par­ticipent sou­vent et régulière­ment à plusieurs paru­tions) sont plus recon­nus comme “jour­nal­istes” que comme “auteurs” (à part Beigbeder qui hurle à la mort, mais c’est une exception)

On les accusera de copinage inévitable­ment (moi la pre­mière) parce qu’évidemment, ils repren­nent les dis­cours d’Antoine Gal­li­mard (qui est prési­dent directeur général de toute la lit­téra­ture française qui se respecte actuelle­ment — comme les vieilles bourges un peu coincées) qui est très en retard sur la ques­tion numérique et utilise la lenteur et la pesan­teur du sys­tème de l’édition française actuel pour ralen­tir la muta­tion qui est en train de se faire.

Pourquoi font-ils cela ? Je pour­rais être sympa et dire que ces auteurs ont une vision tron­quée, qu’ils ne com­pren­nent pas inter­net et les nou­velles tech­nolo­gies (la plu­part ont passé la soix­an­taine… à part Beigbeder), ils ne com­pren­nent pas qu’on puisse bous­culer la cul­ture frâââânçézeux (avé l’accent de la Comédie Française). Ca serait jouer leur jeu idéologique qui con­siste à dire que la lit­téra­ture est au dessus de toute notion de com­merce et que l’auteur ne pub­lie que pour la gloire. Ben voyons.

Non, ils dis­ent sou­vent cela parce qu’ils sont lucides : M.Gallimard (ou con­sort) a droit de vie ou de  mort sur mes écrits. Si je dis un mot de tra­vers, il ne me pub­liera plus. C’est un car­ac­tériel, comme son grand-père. Par con­tre, si je l’encense, là, je peux peut-être lui refour­guer mon roman pas super bien ficelé pour la ren­trée prochaine et obtenir un petit à-valoir.

Si ces auteurs sont arrivés à ce degré de con­nex­ion (col­lab­o­ra­teurs de jour­naux nationaux, des dizaines de pub­li­ca­tions dans des maisons d’éditions con­nues, cri­tiques de livres obtenues plus facile­ment que pour des oeu­vres d’auteurs quel­con­ques), c’est qu’ils ont com­pris les engrenages du sys­tème : le copinage, le lèchage de botte, le béni-oui oui et le besoin que le sys­tème con­tinue. Hé oui, parce que si, un jour, le sys­tème s’effondre et qu’on com­mence à recon­naître plus de tal­ents à des auteurs incon­nus, ils per­dront leur crédi­bil­ité et donc leur revenus (ne par­lons pas de leur petite gloire, pour être à ce niveau de con­nivences, il faut avoir un appétit d’ego par­ti­c­ulière­ment développé, c’est pourquoi vous ne m’y ver­rait jamais… en plus, je suis une femme, on ne me deman­derait pas for­cé­ment de lécher des bottes)

Voilà donc ce que j’aimerai que vous médi­tiez quand vous lirez un arti­cle de jour­nal (je ne parle pas des blogs per­son­nels qui sont sou­vent du bavardage autour des grands thèmes lancés par les médias, mais des jour­naux comme Le Monde, Nou­vel Obs, Mar­i­anne, Figaro, Libéra­tion, etc. n’importe quel jour­nal dit National) regardez le nom de l’auteur de l’article et réfléchissez à ça :

  1. Ce “jour­nal­iste” est-il vrai­ment un jour­nal­iste ou un auteur qui écrit des chroniques ?
  2. Est-il édité par une grande mai­son d’éditions et quel est la posi­tion “numérique” de celle-ci ?
  3. Son dis­cours va-t-il dans le sens de sa mai­son d’édition ou à l’opposé ? Et dans quelle mesure ?

Rien que ces ques­tions essen­tielles pour­raient vous faire voir cer­taines dia­tribes (ou éloges) sous un nou­veau jour. Cessez de croire unique­ment ce qu’on vous dit et réfléchissez au delà du texte !

En résumé, je mets la con­clu­sion de Luc à notre discussion :

 

Mots-clefs : , ,
Dans : Culture, Littérature

Partagez cet article sur:
facebook
twitter
pinterest

9 Commentaires

  1. Luc dit :

    Hé Pauline,

    Les 3 ques­tions que tu as iden­ti­fiées sont non seule­ment per­ti­nentes, mais impérieuses dans le con­texte de la libéra­tion de la lec­ture et du livre.

    Ton bil­let me fait penser à une lec­ture récente : Petit cours d’autodéfense intel­lectuelle par Nor­mand Bail­largeon http://www.luxediteur.com/autodefenseintellectuelle .

    Les fins de régime sont tou­jours mouvementées.;-)

    Luc

    PS:
    J’ai un site depuis peu : lucprevost.com
    C’est là que je bidouille des cartes heuris­tiques sur l’autopublication.

  2. Luc dit :

    A ta défense, je viens tout juste d’inscrire le site dans mon pro­fil Twitter ;-)

  3. Sediter dit :

    Cette petite graine que tu nous tend, il faut aussi l’appliquer sur tout le jour­nal­isme en général. L’information quelle qu’elle soit n’est jamais pure et inno­cente, n’est jamais réelle­ment objec­tive, sou­vent pour des his­toires d’égo, de copinage, de poli­tique, etc. d’ailleurs.

    Ensuite, je n’irai pas non plus dans le sens con­traire : l’auto-édition comme le numérique auront tou­jours ten­dance à tomber dans les mêmes tra­vers (Après tout, le fac­teur qui entraine ces tra­vers est l’Humain, et il est partout ce petit salaud !), donc de là à dire que tous les auteurs édités sont des lécheurs de cul et que tous les livres édités ne le sont que par copinage, il y a un peu que je me refuse de franchir !

  4. Paumadou dit :

    “de là à dire que tous les auteurs édités sont des lécheurs de cul et que tous les livres édités ne le sont que par copinage, il y a un pas que je me refuse de franchir !“
    Et là, je me pose la ques­tion de savoir si c’est ce que laisse penser mon arti­cle ? Je ne le pense pas, je dois juste recon­naître que les auteurs qui par­lent le plus (jour­naux, émis­sions, mag­a­zines…) sont quand même très sou­vent dans la sphère “copinage”. C’est le moyen d’être vu/entendu.
    Bien sûr que niveau auto-édition et numériques, les tra­vers sont les mêmes. On parle plus facile­ment de ce qu’on con­nait, on se sent aussi plus proche de cer­taines idées et per­son­nes que d’autres. C’est d’ailleurs sou­vent pour ça les gens nor­maux sont per­dus entre les pro et les con­tre.
    C’est même val­able sur n’importe quel texte ! Un roman par exem­ple implique une vision “défor­mée” de la sit­u­a­tion, des idées, des pen­sées… ça peut devenir une arme (pas mal de bouquins d’ailleurs le sont devenus)
    Il suf­fit sou­vent d’être beau par­leur pour embobiner autrui et retourner ses idées.
    Bref, il faut tou­jours se poser des ques­tions sur les inten­tions de l’auteur d’un texte. Sou­vent en regar­dant le con­texte, celles-ci saut­ent aux yeux quand les argu­ments et idées nous avaient paru justes et non-orientées.

  5. Sediter dit :

    Con­cer­nant le “c’est ce que laisse penser mon arti­cle ?”, je dirai que c’est surtout quand tu dis “vous ne m’y ver­rez pas, car je n’ai pas envie de lécher des bottes (ou autres)”, ce qui laisse enten­dre que tu serais for­cée de lécher des bottes si tu étais éditée, ce qui n’est pas for­cé­ment le cas.

    Où que tu sois, il y auras des lécheurs de bottes qui réus­siront sans doute mieux que les autres, mais cela n’oblige pas for­cé­ment tout le monde à lécher des bottes, à cha­cun de faire ses choix…

  6. Paumadou dit :

    Je ne par­lais pas d’être édité, mais d’être copain-copain avec toutes les rédac­tions de jour­naux et édi­teurs au dis­cours vieil­lot (au point pour cer­tains d’être défendus quand ils sont pris en état de pla­giat chronique, car le faire tomber c’est ris­quer gros — en l’occurrence qu’on décou­vre d’autres choses sur soi-même… — il y a eu plusieurs exem­ples récem­ment ;) )
    Je pense que ce sys­tème de “lèche” est des­tiné aux auteurs en manque de recon­nais­sances chroniques : la preuve est que la plu­part des “grands” (les plus con­nus) font rarement des chroniques dans les jour­naux et ils dis­ent ce qu’ils veu­lent vis à vis du numérique (ils s’en fichent, les édi­teurs se bat­tront pour les avoir)
    Les “petits” qui ne pra­tiquent pas cette lèche insti­tu­tion­nelle ne sont jamais pub­liés dans ces jour­naux. Il y a un pro­fil défini pour les auteurs de chroniques anti-numériques dans les grands jour­naux : petit auteur d’une dizaine de bouquins mais peu connu du grand pub­lic pour ceux-ci.

    Je me con­sid­ère moi-même comme “indépen­dante” c’est à dire autop­ub­liée pour l’instant, pourquoi pas édité à l’avenir (tout en restant indépen­dante et autop­ub­liant cer­tains textes…)
    Je n’ai rien con­tre les auteurs édités ou les édi­teurs, j’ai juste quelque chose con­tre la mau­vaise foi : la plu­part du temps ces chroniques sont ori­en­tées par un dis­cours défini par un édi­teur influ­ent pour le met­tre en avant, le défendre et l’encenser… dans l’espoir d’être dans ses bonnes grâces. (je ne sais pas si tu te sou­viens de ça, mais c’était un cas de lèche car­ac­térisée : http://www.oeuvresouvertes.net/spip.php?article911 )

  7. Alabergerie dit :

    Eh bien voilà qui per­met de com­mencer l’année en bonne com­pag­nie… Un peu d’air frais n’est pas à dédaigner, merci Paumadou !

  8. Martin dit :

    un peu comme tous les milieux pro­fes­sion­nels finale­ment
    la lit­téra­ture ne béné­fi­cie pas d’extraterritorialité (même si des écrivains et des édi­teurs essayent de le faire croire)
    (et puis pour l’autoédition : Proust a été refusé par Gal­li­mard, et s’est auto-édité au début, comme d’autres auteurs devenus clas­siques
    autoédité ou pas, peu importe, on veut de bons livres
    autop­ub­lié est sans doute préférable à autoédité (c’est th crouzet qui fai­sait la dif­férence je crois), mais hey tout est possible

  9. Réagir à cet article




    Attention : Votre commentaire doit répondre au sujet de l'article ou à un autre commentaire, les hors-sujets ou les réponses de type troll (je prend le sujet, je le retourne et ça finit par être HS) ne seront pas validés. Le pseudo doit être personnalisé (les "Pas d'accord", les "Tout à fait" et autres ne seront pas validés !). Les emails jetables ou public (type yopmail) ne seront pas validés.
    Je valide tous les commentaires qui répondent à ces règles même si je ne suis pas d'accord avec eux, mais il y a eu trop d'abus dernièrement dans le "troll anonyme".