Retour à l'accueil

Du côté du blog

Vendredi 16 mars 2012

Auteurs : le panier de crabes ?

Je me pose la ques­tion. Non pas que je pense que le monde entier soit rose-bleu-remplis de nuages immac­ulés sur lesquels nous rebondis­sons tous en souri­ant, non, je suis rel­a­tive­ment lucide sur le monde. Mais je me pose la ques­tion de savoir à quoi peu­vent bien servir des pra­tiques qui me saut­ent de plus en plus aux yeux :

  • La lèche
  • La haine viscérale
  • La dou­ble posi­tion mielleuse (je déteste le miel)

Crabs

Je reçois des mails, cer­tains sont de lecteurs et me touchent beau­coup (merci :D — ceci n’est pas de la lèche, juste que j’apprécie les gens sincères), et je reçois aussi beau­coup de mails d’auteurs (édités, auto, en devenir, en questionnement,etc.)

Chez les mails d’auteurs, j’ai vu deux choses :

  • la posi­tion que j’apprécie : l’auteur qui te con­tacte pour quelque chose (en général qui pose des ques­tions), sans mon­trer comme il en a une grande (car­rière évidem­ment) der­rière lui. Sou­vent, c’est sympa, cor­dial, et si je peux être utile, je réponds.
  • la posi­tion que je déteste (et qui vous fait tout de suite mal voir de moi, vous êtes prévenus) : la lèche qui con­siste à dire “J’adore ce que tu fais+cirage de pom­pes” suivi de “regarde, moi aussi j’écris et blablabla de présen­ta­tion” (par­fois même sans ques­tion, du coup je ne sais pas quoi répon­dre à part “ben oui, sympa, merci, con­tente de l’apprendre” ce qui serait hyp­ocrite alors je ne réponds pas )

J’ai vu dernière­ment un autre com­porte­ment, qui est beau­coup plus ambigu : celui de la dou­ble iden­tité. Un type m’a con­tacté pour me par­ler de lui (essen­tielle­ment) et comme je ne lui avais rien demandé et que lui-même ne sem­blait pas plus s’intéresser que cela à moi, ou avoir de ques­tions, je n’ai pas répondu. Je suis peut-être passée pour une con­nasse, tant pis. Moi, j’aime l’échange et la dis­cus­sion intel­li­gente, pas la lèche pour que je vende ton bouquin. Je parle de ce que j’aime, sans qu’on me pousse à le faire (au con­traire, plus on me pousse, plus je freine des qua­tre fers)

Bref, ce type, je l’avais casé dans “ego démesuré, mail mar­rant à lire aux copains en soirée pour se poser des ques­tions exis­ten­tielles sur l’intérêt d’avoir un mail et d’en faire un usage éclairé”. Le mail de cet homme, je ne vous le dévoil­erai pas, mais je me per­me­t­trai de citer un ami (Sediter, allez lire son blog) qui en a très bien car­i­caturé le contenu :

“Salut, tu me con­nais pas, mais si tu veux il y a une inter­view sur moi, un pote l’a fait sur Paris (la cap­i­tale : tu dois con­naître), près des champs Élysées (l’arc de tri­om­phe : tu dois con­naître), ça dure juste 24 heures, et on l’a tourné dans des con­di­tions cat­a­strophiques, le son est à moitié pourri. De la cinquan­tième minute à la quinz­ième heure un chien aboie du coup on entend plus rien.
Ps : mdr ton livre, kissouille !”

(hon­nête­ment, c’était vrai­ment pas loin du mail original !)

Et voilà que je retrouve cette per­sonne en pleine dis­cus­sion sur un site… en train de cri­ti­quer les top de vente Kin­dle (en gros des romans de gare sans his­toire val­ables, nuls, lam­en­ta­bles, dés­espérants → Petits Meurtres → tar­get locked → Fire !)

Ce type était donc en train de descen­dre mon texte alors que quelques jours avant il était tout miel avec moi. Je m’en fiche un peu (vu la crédi­bil­ité du site où il s’est égaré…) mais ce genre de com­porte­ment m’échappe. En quoi ça peut lui être utile ?
Je veux dire, je peux bien com­pren­dre qu’on veuille se faire con­naître, mais si c’est pour jouer les plantes-couteaux dès que l’occasion se présente, je ne com­prends pas (sans haine, sans juge­ment, juste ça me dépasse…)

Autre com­porte­ment qui se développe et dont Ama­zon France n’a rien à faire (jusqu’à ce que Ama­zon US leur remonte un peu les bretelles), c’est la pra­tique des faux com­men­taires sur les bouquins. Pire que cela, ce sont les com­men­taires non pas élo­gieux par rap­port à ses pro­pres livres, mais de descente en flèche des autres bouquins, si pos­si­ble dans le top des ventes.

Le dernier com­men­taire que Petits Meurtres a reçu par­lait d’ennui (à la lim­ite, ça c’est un ressenti per­son­nel, je n’ai rien à redire) mais surtout d’une mise en page com­plète­ment foirée. Là, j’avoue que pour moi qui fait mes mises en pages manuelle­ment, qui y passe des heures et qui véri­fie sur toutes les liseuses/logiciels dont je dis­pose pour voir la moin­dre erreur de codage, ça ne passe pas.
Je sais que c’est sou­vent un reproche qu’on fait aux textes trans­for­més en ebook par des con­ver­tis­seurs automa­tiques, mais moi, je crée mes epubs manuelle­ment, feuille après feuille, on ne peut donc pas me reprocher une “mise en page foirée”.
J’ai donc véri­fié les autres com­men­taires de ce type (selon la méth­ode : est-il fiable ou com­plète­ment bidon ?) et j’ai vu que sur 8 com­men­taires, 6 sont élo­gieux pour des bouquins d’un même auteur… auto-publié.
Qu’on se per­me­tte d’émettre un avis sur un bouquin qu’on a lu, c’est nor­mal. Par con­tre, qu’on développe des com­men­taires (et je ne suis pas la seule à m’en plain­dre) sans fonde­ment (elle n’a rien de foiré ma mise en page, bor­del !) juste parce qu’on abuse des faux com­men­taires pour faire grimper son pro­pre livre, ça m’énerve.
Pas la peine de descen­dre les autres pour remon­ter son pro­pre texte : c’est mesquin, idiot, et décrédi­bilise tes pro­pres (faux) com­men­taires (puisque tu ne sem­bles pas dire la vérité). Je ne te vole pas tes lecteurs, un lecteur qui appré­cie mon texte peut égale­ment aimer le tien, un lecteur est un boulim­ique de lec­ture, il n’aime pas se con­tenter d’un seul auteur, il aime décou­vrir de nou­veaux auteurs, alors ça sert à quoi de sous-entendre “Ce bouquin est nul, venez lire le mien, il est telle­ment plus meilleur au monde !” ?

Pour la lèche, je peux com­pren­dre que ça prenne dans cer­tains milieux (manque de bol, pas mal d’éditeurs numériques sont des aigris de l’édition tra­di­tion­nel, alors je suis pas sûre que ça soit le meilleur moyen de par­venir à quelque chose…), pour l’ambiguïté, c’est à dou­ble tran­chant car ça entre dans le cadre de la lèche et du coup, tu n’es pas pris au sérieux si jamais on décou­vre ta traîtrise… mais pour la haine vis­cérale ? Là, je ne com­prends pas car ça ne peut que te desservir en te ridi­culisant auprès des lecteurs et des autres auteurs, c’est ridicule…

Photo de WELS.net (CC by-NC et oui, je sais ce sont des homards
et pas des crabes, mais visuelle­ment c’est plus beau, na !)

Mots-clefs : , , ,
Dans : Culture, Ecrire, Littérature

Partagez cet article sur:
facebook
twitter
pinterest

5 Commentaires

  1. Asia Morela dit :

    Eh bien! Que d’aventures! En fait, l’auto-publication n’est pas épargnée par tous les din­gos qui peu­plent la terre.

    Je n’écris pas trop ces derniers temps, mais je m’implique pour une cause poli­tique et je cherche bcp d’articles et de vidéos sur le web, aussi. De la haine vis­cérale, des faux util­isa­teurs qui essaient de hijacker le débat, j’en vois énor­mé­ment… Sinon, moi non plus je ne réponds pas aux cour­riels si j’ai l’impression que je vais être soit hos­tile, soit hyp­ocrite. Pas de temps à per­dre avec des imbéciles!

  2. Ouf, j’ai eu peur de devoir t’apprendre que c’était une photo de homards… Y a des très beaux crabes, tu sais.

  3. Julien dit :

    Haha ^^ Bien dit !

    Reçu un mail moi aussi récem­ment, même traite­ment que le tien.

    Pour l’empaffé mort d’ennui, c’est encore plus amu­sant quand on va lire les fameux com­men­taires dudit bon­homme. Effec­tive­ment, ça sent l’auto-congratulation virtuelle à plein nez… Moi je dis, n’ayons crainte : les lecteurs ne s’y trompent pas, et la postérité retien­dra les plus méritants.

    Bisous miss !

  4. Ratatosk dit :

    Pas de rai­son de lui en vouloir car, du coup, j’ai acheté l’ebook ce matin (Il y a quelques temps que j’ai dis que j’allais vous lire). Pas vu le moin­dre prob­lème de mise en page. Tout au plus ai-je vu une faute de frappe (suis taquin là mais je ne mens pas). Ensuite, c’est un genre que je n’affectionne pas par­ti­c­ulière­ment mais j’ai beau­coup aimé le jeu autour des per­son­nages. Je n’en dis pas plus car, après, ça gâche le plaisir.
    De l’ennui? Euh? Je veux bien mais ce n’est pas vrai­ment un mot que j’appliquerai à cette lec­ture. Je l’ai lu jusqu’à la fin et je n’ai pas eu besoin de me forcer.
    Je n’en suis pas incon­di­tion­nel (je l’ai dis, c’est une ques­tion de goût) mais je vais prêter l’ebbok à ma femme et à ma mère. Ça c’est l’avantage de ne pas met­tre de DRM ; après je peux en faire la promo auprès de gens que ça intéressera plus que moi (ama­teurs de meurtre et de “thriller”). En tous cas, il sera bien­tôt présent dans toutes mes bib­lio­thèques virtuels et n’est pas des­tiné à la poubelle.

    Rien à redire donc (et je ne fait pas de lèche ; prrtt à tous les cha­grins) :-P .

  5. Ratatosk dit :

    virtuel(le)s (pfff)

  6. Réagir à cet article




    Attention : Votre commentaire doit répondre au sujet de l'article ou à un autre commentaire, les hors-sujets ou les réponses de type troll (je prend le sujet, je le retourne et ça finit par être HS) ne seront pas validés. Le pseudo doit être personnalisé (les "Pas d'accord", les "Tout à fait" et autres ne seront pas validés !). Les emails jetables ou public (type yopmail) ne seront pas validés.
    Je valide tous les commentaires qui répondent à ces règles même si je ne suis pas d'accord avec eux, mais il y a eu trop d'abus dernièrement dans le "troll anonyme".