Retour à l'accueil

Du côté du blog

Jeudi 08 mars 2012

Réflexions sur l’auto-édition (2)

Je reviens sur l’auto-édition et sa professionnalisation.

Sou­vent, je croise des auteurs (sur des forums, twit­ter, des blogs… cherchez vous trou­verez facile­ment) qui voient dans l’auto-édition un moyen de vivre de leur plume.

Sou­vent ces mêmes gens imag­i­nent (et écrivent) que ce fut pour eux une révéla­tion de décou­vrir qu’on pou­vait pub­lier sans passer par un édi­teur, qu’ils allaient enfin pou­voir assou­vir leur rêve : devenir écrivain ! (ou auteur, ne chipo­tons pas sur les mots ici ;) )

Sou­vent, passé le moment d’euphorie de la pub­li­ca­tion et le nom­bre des ventes qui ne décol­lent pas vrai­ment, ces mêmes gens ont des réac­tions très diverses :  remise en ques­tion de leur texte (pas si rare que ça, mais plus rarement suivie d’effet), attente patiente de la gloire posthume (huhu ^.^), remise en ques­tion du sys­tème et des édi­teurs qui, décidé­ment, pol­lu­ent les librairies (réelles ou virtuelles) de leurs pub­li­ca­tions et empêchent le pub­lic d’accéder à leurs livres à eux (ne vous moquez pas, j’en ai vu plusieurs réa­gir comme ça…)

Rarement je vois ceux qui essayent de com­pren­dre le sys­tème en ques­tion de l’utiliser à leurs fins de manière adéquate. Je pré­cise de manière adéquate, car comme expliqué il y a quelques jours, gon­fler sa vis­i­bil­ité avec de faux com­men­taires n’est ni fair play (mais après tout, être fair play dans le com­merce, c’est rarement ce qui rap­porte), ni hon­nête vis-à-vis du lecteur-client (et là ça passe beau­coup moins, on peut élim­iner la con­cur­rence, si on prend le client pour un con, il n’aime pas ça et vous le fera payer)

Bref, j’ai par­fois l’impression quand je parle des auteurs auto-édités que je m’adresse à des ama­teurs et non des pro­fes­sion­nels. Même ceux qui por­tent l’étendard de l’auto-édition comme un moyen de mon­trer qu’ils sont pro­fes­sion­nels, ont des réac­tions à la lim­ite de la puéril­ité ou de l’inconscience : soit en util­isant des procédés préju­di­cia­bles (pour eux), soit en igno­rant com­plète­ment des grands pans du métier d’éditeur qu’ils acco­lent à leur qual­i­fi­catif d’auteur.

Je pense aux nom­bres de per­son­nes qui ne s’intéressent pas du tout à la lec­ture numérique mais pub­lient en numérique. Quid des for­mats ? Des prob­lèmes de com­pat­i­bil­ité de fichiers ? Com­bien d’entre eux ont déjà eux une liseuse entre leurs doigts ? Com­bien en pos­sède même une, juste pour voir que leur fichier est lisible ?

Com­bien sont égale­ment ces auteurs qui pensent que le pub­lic attend leur prose ? Je le dis et le répète: le pub­lic n’attend rien de vous ! Il est sub­mergé par les pub­li­ca­tions de toutes qual­ités, de toutes natures. Ce que vous écrivez, quelqu’un d’autre a déjà dû l’écrire, de cette manière-là, sur ce sujet-là, peut-être même avec plus de tal­ent que vous !
Votre roman n’est jamais attendu comme le messie ! Surtout si c’est votre pre­mier bouquin et que vous n’avez aucun public !

Vous bercer dans cette illu­sion, c’est rester au stade du rêve enfan­tin. Gran­dis­sez un peu : être auteur, ce n’est pas un métier de rêve ! Les métiers de rêve, ça n’existe pas.
Auteur a des côtés chi­ants, des moments de doute, de rage, de dés­espoir même ! Mais soit vous acceptez de faire le boulot et tout le côté “éditeur/publieur” que vous avez voulu vous collez sur le dos en choi­sis­sant le qual­i­fi­catif  d’auteurs-éditeurs (terme offi­ciel de l’auteur auto-édité), soit vous restez avec vos illu­sions déçues de ne pas être le nou­veau Vic­tor Hugo.

Vic­tor Hugo écrivait 200 vers tous les matins avant de se met­tre au tra­vail, il par­lait en alexan­drins rimés sans le moin­dre souci. Légende ou pas, peu importe. Soit vous con­sid­érez qu’il était un génie né et vous vous pâmez.
Soit, comme moi, vous con­sid­érez qu’il s’agissait là d’un entraîne­ment rigoureux et quo­ti­dien et vous le prenez en exem­ple (je vous demande pas de vous met­tre à l’alexandrin ;) je vous dis juste: ayez un investisse­ment plus adulte et pro­fes­sion­nel de votre métier !)

(je sais, j’ai util­isé beau­coup la forme “soit…, soit…” dans cet arti­cle, veuillez m’en excuser, je veillerai à ne plus en abuser à l’avenir ;) )

Mots-clefs : , ,
Dans : Ecrire, Littérature

Partagez cet article sur:
facebook
twitter
pinterest

3 Commentaires

  1. Auteur a des côtés chi­ants, des moments de doute, de rage, de dés­espoir même ! ” je reprends ta phrase en ajoutant que cette loi s’applique aussi aux auteurs de blog.
    Il est évi­dent qu’il faut accepter la face cachée de tous les métiers, mais un adulte reste tou­jours un éter­nel enfant et plus les généra­tions passent plus les gens croient que tout est acquis dans un claque­ment de doigt. Bien­v­enue dans la réalité.

  2. Jean-Philippe dit :

    Excel­lent, merci Pauline ! J’espère que cela remet­tra un peu les pen­d­ules à l’heure. ;)

  3. YesUcannes dit :

    Après un suc­cès en librairie, éditée chez Michel Lafon, j’ai volon­taire­ment choisi l’aventure expéri­men­tale de l’auto édi­tion en m’entourant de pro­fes­sion­nels de l’édition pour essayer de ten­ter de dévérouiller des portes et pour en témoigner.
    Pas facile, je vous l’accorde.
    Comme vous, je me suis ren­due compte que beau­coup d’auteurs n’étaient pas réal­istes et n’appréhendaient mal­heureuse­ment pas comme il le faudrait la chaîne du livre. Je ne pense pas que cela soit du à un manque de bonne volonté, de tal­ent ou de courage, pour moi, c’est une ques­tion d’ignorance.
    Cela ne leur vient pas à l’idée qu’ il n’y a pas que l’auteur, l’éditeur et le libraire qui se cachent der­rière un livre. Il y a aussi un maque­t­tiste, un cor­recteur, un imprimeur, un(e) attaché(e) de presse, un com­mu­nity man­ager, un com­mer­cial, un dif­fuseur, un représen­tant, un dis­trib­u­teur, un livreur/coursier et un acheteur!
    Com­ment un auteur pourrait-il le savoir si per­sonne ne le lui dit?
    C’est là qu’est le vrai prob­lème de l’auto-édition; l’auteur doit être poly­va­lent et assurer seul toutes ces tâches pour sor­tir son livre en ver­sion papier C’est à dire, un tra­vail colos­sal, sérieux et con­stant qui a un coût.
    Evidem­ment pour la ver­sion numérique, on se passera de l’imprimeur, dif­fuseur, dis­trib­u­teur et livreur/coursier ce qui allège grande­ment la tâche, en tra­vail et en coût financier, mais là, il faut priv­ilégier avec soin le con­fort de lec­ture et donc de la maque­tte, des cor­rec­tions et surtout des for­mats numériques, pour cela il faut se trans­former en infor­mati­cien.
    Beau­coup d’auteurs ne sont qu’auteurs, qui ont la tête dans les nuages et mal­heureuse­ment pas les pieds sur terre.….Dans ce cas, qu’ils restent “auteurs” et ne dés­espèrent pas de trou­ver un édi­teur.
    L’auto-édition n’est pas fait pour tout le monde!

  4. Réagir à cet article




    Attention : Votre commentaire doit répondre au sujet de l'article ou à un autre commentaire, les hors-sujets ou les réponses de type troll (je prend le sujet, je le retourne et ça finit par être HS) ne seront pas validés. Le pseudo doit être personnalisé (les "Pas d'accord", les "Tout à fait" et autres ne seront pas validés !). Les emails jetables ou public (type yopmail) ne seront pas validés.
    Je valide tous les commentaires qui répondent à ces règles même si je ne suis pas d'accord avec eux, mais il y a eu trop d'abus dernièrement dans le "troll anonyme".