J’ai décou­vert ce bou­quin y’a un bail (et quand je dis un bail, ça doit faire presque un an… il venait de sor­tir) et honte sur moi, je n’en ai pas fait la critique.

C’est pas faute, pour­tant, d’en avoir parlé ici et là (sur Twit­ter essen­tiel­le­ment) encou­ra­geant les gens à ache­ter et lire ce livre !

La symé­trie des souffles d’Alexandre Jarry est donc un bou­quin mêlant absurde, fran­chouillar­dise et grille-pain. Le tout avec un humour que l’auteur m’a depuis lar­ge­ment prouvé . Je vous invite à le suivre sur Twit­ter et sur son blog, c’est un type sympa qui se prend pas la tête comme je les aime  (Mme Jarry, veuillez noter que j’habite très loin et que, même si je dis­pose d’une web­cam, je ne sais pas m’en ser­vir, pas la peine d’envoyer les mis­siles à tête cher­cheuse merci, bisous)

L’histoire :

Limoges, centre du monde et trou du …nom­bril… de la France, voit débar­quer plu­sieurs per­son­nages étranges : Nos­tra et Damus, deux fous échap­pés de l’asile, un psy­chiatre très imbus de lui-même et une bimbo-magouilleuse à qui tout sou­rit. Mal­heu­reu­se­ment pour eux, à Limoges, capi­tale inter­na­tio­nale de la por­ce­laine et de l’ennui, se trouvent déjà un prêtre en guerre avec sa hié­rar­chie et ses ouailles quasi-inexistantes, deux petits vieux qui adorent Julien Laperce, le célèbre pré­sen­ta­teur télé, et Mon­sieur Kiki, leur chien, et sur­tout une étu­diante qui a la poisse mais volume monumental !

Tous ces per­son­nages vont se ren­con­trer et ça ne va pas faire boum, non quand même, ça va sur­tout per­tur­ber les mou­ve­ments d’air, les fluides gazeux et tout ce qui peut pro­vo­quer tor­nades, cyclones, oura­gans et trem­ble­ments de terre. La base de cette symé­trie des souffles est la pro­phé­tie de Nos­tra et Damus qui pré­voit la fin du monde pour dimanche en 8 depuis des mois, agi­tant un grille-pain (non, un cylindre…  mouais, mais bon ça res­semble quand même à un grille-pain… oui, mais c’est un cylindre tout beau, tout relui­sant) que beau­coup trop de per­sonnes convoitent.

Et voilà tous les pro­ta­go­nistes essayant d’arriver à leurs fins. Mais entre ceux qui veulent la gloire, l’argent, ceux qui montent une nou­velle secte, celle qui cherche juste à ne pas mou­rir et avoir son diplôme et ceux qui croient dur comme fer que la fin du monde est pour dimanche en 8, disons que c’est assez acro­ba­tique, sur­tout quand un agent secret à la retraite est réac­tivé pour récu­pé­rer le cylindre à n’importe quel prix.
La fin d’ailleurs est tel­le­ment inat­ten­due que ça en vaut vrai­ment la peine.

C’était confus ? C’est nor­mal : le roman est long et dense, il part dans tous les sens et finit quand même par retom­ber sur ses pattes et conti­nuer à avan­cer. Les per­son­nages sont amu­sants, bien que for­te­ment cari­ca­tu­raux,  et les aven­tures sont tel­le­ment exu­bé­rantes qu’on y croit, bien évidemment !

Quelques bémols : Nos­tra et Damus, sortes de Lau­rel et Hardy (non… y’en a un qui est intel­li­gent dans le lot, la com­pa­rai­son n’est pas bonne), sont un poil trop sem­blables au point que je les confon­dais par­fois et il arrive que l’histoire s’étale un peu trop (mais juste au moment où on se dit qu’on va lâcher, zhou ! ça repart) — S’il y en a d’autres, je ne m’en sou­viens plus donc ALLEZ-Y LISEZ-LE !

Titre : La symé­trie des souffles

Auteur: Alexandre Jarry

Edi­teur : lui-même, c’est l’autopublié et du bon.

Dis­po­nible en numé­rique et en ver­sion papier sur Amazon

Prix : 1,95 € pour la ver­sion ebook et 9,90€ au for­mat papier sur Ama­zon
Pas de quoi vous rui­nez donc, et si vous êtes en manque d’inspiration, pen­sez que c’est bien­tôt Noël !

Partagez cet article sur:

facebook
twitter
pinterest
google
Taggé sur :            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>